On sait qu’on ne le lâchera pas ce roman avant la fin – Cineartscene

Les loups du remords - On sait qu’on ne le lâchera pas ce roman avant la fin - Cineartscene

“Il enclencha une autre cassette… Tom Waits se glissa à la place du mort… “Hope I don’t fall in love with you”… Antoine frissonna. Les slides guitar agissaient sur sa mémoire, embarquant tout sur leur passage. Ce soir, il n’y avait rien à faire. Peut-être à cause de sa destination, peut-être parce qu’il n’avait plus envie de lutter… Toujours est-il que les souvenirs franchirent allègrement tous les barrages. Il y eut d’abord quelques visages hilares… deux poules bleues… Trop tard : il ne pouvait plus revenir en arrière. Sa voiture fonçait vers Paris et il se laissa envahir…”
Extraites des premières pages, ces quelques lignes donnent le ton du roman Les loups du remords.

« On sait qu’on ne le lâchera pas ce roman avant la fin. On sait qu’on sera troublé et ému par l’aventure : une enquête haletante pour retrouver une amie mystérieusement disparue, prétexte à de beaux et doux-amers flash-back sur les années 1990, avec bande-son ad hoc, des Smiths aux Stray Cats.Les chapitres s’enchainent avec facilité, alternant enquête proprement dite et journal intime introspectif de Vanda, partie sans laisser d’adresse. Par une écriture et une construction aussi maitrisées que fluide, Marie-Hélène Branciard parvient à nous embarquer avec sa bande dont chaque personnages nous reste en mémoire, comme si on les avait tous connus, dans une autre vie. » [Lire la suite]

Chronique d’Emmanuelle Blanchet – Cineartscene – 10 mars 2016.

Cineartscene.info, le magazine culturel en ligne du Beaujolais… et d’ailleurs aussi parfois.

%d blogueurs aiment cette page :